7763990663_le-pouvoir-des-bebes-de-daniel-rousseau-1

 

Retour vers un ouvrage scientifique, absolument incroyable et émouvant.
Daniel Rousseau est pédiatre dans une pouponnière, accueillant des tous petits (nourrissons de quelques jours parfois), dont les parents sont en telle difficulté psychologique qu'il est impératif de les en séparer, afin de retravailler le lien parental sur des bases plus épanouissantes, tant pour l'enfant que pour les parents. L'issue est quelquefois l'extraction définitive de ce milieu pathogène.

Sa longue pratique de clinicien lui permet aujourd'hui de nous livrer un témoignage fascinant sur la capacité de ces tous petits êtres, de quelques jours à peine, à se connecter vers des figures d'attachement sécurisantes, quitte à se détourner de leurs parents biologiques, quand ceux-ci sont délétères pour leur santé, et leur préférer des soignants, même inconnus.

Oui c'est dérangeant, de se dire que le lien filial est finalement peu de choses, mais c'est aussi une fabuleuse découverte que la potentialité psychique de ces tous petits, à se protéger de ce qui leur est néfaste, quand des adultes savent décoder leurs attitudes et leurs signaux de détresse.
Il y a encore beaucoup à faire pour que les professionnels et le grand public accèdent à cette évidence : le nourrisson a un dimension psychique précoce qu'il est nécessaire de prendre en compte.

Affolant de se dire qu'il y a 20 ans (seulement 20 ans.....) les nouveaux nés pouvaient encore être opérés de l'aorte SANS anesthésie.... oui vous avez bien lu.....

Dans 20 ans, nous seront, j'espère, ahuris de constater que nous avions négligé le pouvoir psychique des bébés.

En attendant, je vous invite à découvrir ces histoires poignantes, de cette petite fille de quelques semaines, qui tombe dans le sommeil systématiquement dès que ses parents la portent, pour s'en protéger ; de ce petit garçon de quelques jours qui a appris à pleurer sans bruit après avoir été violemment secoué par son père pour le faire taire ; de cette autre pitchounette de une semaine, rescapée de la maltraitance maternelle, qui manifeste sa méfiance envers tous les humains, source potentielle de danger.

Il n'y a aucun voyeurisme, le ton n'est absolument pas larmoyant, ni jugeant. Ces histoires sont des renaissances, grâce aux soins patients des soignants, des éducateurs, qui apprivoisent ces bébés à quelques jours de vie, leur redonnent confiance dans l'avenir, et dans la capacité aussi, quelquefois, de leurs géniteurs à devenir parents.

Daniel Rousseau est un merveilleux conteur, à aucun moment il ne tombe dans le verbiage technico-psychologisant.
C'est un ouvrage grand public, accessible à tous les curieux de la nature humaine.